lundi 16 mai 2016

Regards Croisés : Les Ducs-d'Albe du chenal de Nieuport

   
Adrien-Jean LE MAYEUR de MERPRES (1880 - 1958)
Anonyme
École belge
Le chenal de Nieuport
H. DUPRÉ, École belge

   Dans le chenal de Nieuport, l'Yser est balisé par des pieux que l'on nomme en batellerie des ducs-d’Albe. L'expression historique serait née dans ces Flandres où le Duc d'Albe, l'espagnol Ferdinand Alvare de Tolède (1507 - 1582) fit régner la terreur de l’Inquisition. En amarrant leurs bateaux, les marins flamands imaginaient passer la corde au cou du tyran et venger ainsi les martyrs de celui qui sera appelé le Duc de fer. Au-delà de cette référence historique, les peintres belges seront nombreux à illustrer le chenal de Nieuport reconnaissable à ses grands ducs-d’Albe aux têtes souvent blanches. Rares repères verticaux de ces polders où l’eau, la terre et le ciel souvent se fondent.  De Constantin MEUNIER (1831 - 1905) à Maurice WAGEMANS (1877 - 1927), les artistes y décriront les voiliers aux proues blanches et les pêcheurs au carrelet. Des scènes naturalistes que la Grande Guerre viendra balayer un temps. En octobre 1914, durant la bataille de l’Yser, l’armée belge ouvrira les écluses de Nieuport pour inonder la plaine et séparer ainsi les armées. Cent ans plus tard, les ducs-d’Albe de Nieuport restent les fiers témoins intemporels du fleuve et de son histoire. 

Barques de pêche dans le canal de Nieuport, fusain
Constantin MEUNIER (1831 - 1905)
Anonyme monogrammé A. C.
École belge
Le chenal de Nieuport
Willy FINCH (1854 - 1930)
Maurice WAGEMANS (1877 - 1927)

Maurice WAGEMANS (1877 - 1927)
Le chenal de Nieuport, 1933
Frans SMEERS (1873 - 1960)