dimanche 16 juin 2019

Malte STERNER (1903 - 1952)


   


   Malte STERNER (1903 - 1952) n’aura laissé que peu de traces. Il naît en 1903 à Karlsborg en Suède d’un père officier et grandit dans une famille nombreuse. Le jeune Malte qui se prénommait comme son père, Carl Anton, part à l’âge de 16 ans étudier l’art à l’Académie Royale de Stockholm. Il débute de nombreux voyages en Europe et se marie en 1934 avant de rapidement divorcer. Est-ce ce mariage raté ou la proximité de la guerre qui va bientôt balayer l’Europe qui le pousse à partir vers le Nouveau Monde ? Nul ne le sait. Malte Sterner vivra dorénavant essentiellement au Canada. Il réside à Montréal et en 1948, épouse en secondes noces Lillian Jean Newell originaire du sud de l’Ontario. Le couple s’installe à Toronto et c’est dans son atelier, situé au 71 Hayter Street, que Malte réalise des gravures inspirées par le monde maritime et les paysages. Quelques portraits y compris animaliers viennent enrichir son oeuvre.  Les titres parfois suédois nous rappellent que l’artiste resta proche de son pays d’origine. Le couple s’installe à Vancouver sur la côte Ouest.


Une brève dépêche parue le 5 juin 1952 dans la revue hebdomadaire suédoise Vestkusten sur la côte Pacifique relate le décès brutal de l’artiste : « De Vancouver, en Colombie-Britannique, le graveur Malte Sterner est décédé des suites d'une maladie cardiaque. M. Sterner, qui avec son épouse est resté quelques mois à San Francisco cet automne et a ensuite prévu de poursuivre sa route via les États du sud à l'est et la Suède, était rentré au Canada au début de l'année en raison des difficultés rencontrées par les autorités de l'immigration américaine. Sterner, qui avait dans la cinquantaine, avait adopté une vie de bohème sans réel port d’attache. Il était né à la forteresse de Karlsborg, où son père était officier. À l'âge de 16 ans, il a étudié l'art à Stockholm, puis a parcouru le continent européen et s’est rendu trois fois au Canada, où il s'est marié il y a quatre ans. Il laisse son épouse Jean et sa mère en Suède, qui vivrait apparemment à Ödsmal, près de Göteborg. »



dimanche 6 janvier 2019

Bonne année 2019


Capri, huile sur toile (détail) 1884
Frederick William JACKSON (1859 - 1918)